Edifices de Skikda Haut de page Page précédente  

— Hôtel de ville - Skikda —

LA MAIRIE ET L'HOTEL DE VILLE
'est entre 1929 et 1949, et grâce à l'initiative d'une municipalité intelligente ayant à sa tête M. le Sénateur-Maire Paul Cuttoli, animateur incomparable, que Philippeville, endormie depuis un quart de siècle, a repris une vitalité et un essor dignes de son passé. Sous l'impulsion énergique de ce grand administrateur, en quelques mois, des transformations remarquables ont été opérées.
Tout d'abord, de sa grâce élancée et de son architecture élégante, l'Hôtel de Ville, construit en 1931, est enfin digne de l'importance de la cité, et a remplacé l'ancienne Mairie édifiée en 1848 pour les besoins d'une population de 10.000 habitants.
Une visite à ce monument somptueux s'impose au touriste.
Il verra comment l'art hispano-mauresque aux lignes si sobres, au décor si riche, unis à la beauté d'un ciel lumineux, a été adapté, par un architecte foncièrement artiste M. Montaland, aux exigences et aux nécessités modernes d'une importante administration municipale.

— Skikda - Mairie - Hôtel de Ville —

L'Hôtel de ville a été conçu dans un style néo-maghrébin, voire néo-andalou. Avec son célèbre minaret rappelant ceux des mosquées de Tlemcen et du Maroc, mais dans un style plus moderniste, ses vastes vérandas, son balcon à colonnes de la salle des fêtes, sise au premier étage, sa galerie (au-dessous) décorée de mosaïque bleue, contiguë à la salle de mariage, l'Hôtel de ville est un joyau architectural d'une rare élégance. Les plafonds des halls et galeries ainsi que ceux des salles des fêtes et des mariages sont richement décorés : arabesques, motifs géométriques et moulures remarquables, le tout puisé dans le riche patrimoine musulman.
Les murs sont couverts, à hauteur d'homme, de mosaïque et de faïence de Nabeul représentant des scènes de chasse, ainsi que de faïence des Ouled Chemla (Tunisie) illustrant des motifs floraux où dominent le bleu, l'ocre et le vert.
On relève également une représentation répétée de vases d'où semblent jaillir des fleurs dans toutes les directions. C'est une véritable symbolique de la vie. Ces motifs floraux ainsi que les scènes de chasse sont inscrits sur des portes béantes, plus exactement des arcs en plein cintre outrepassé, de style musulman.

— Skikda - Mairie - Hôtel de Ville —

Le hall de la salle des fêtes menant au salon et au foyer de l'hôtel de ville est un véritable hymne à la nature et à la vie. En effet, avec ses fresques de Paul Jobert et de Constantin, ses six arcs en plein cintre outrepassés qui le divisent en cinq parties rectangulaires, du sommet de l'immense escalier au salon, ses volutes à motifs floraux qui partent à l'assaut de chaque arc, ses motifs floraux qui tapissent les tympans de chaque arc, ses niches ajourées qui reprennent l'image du vase d'où jaillissent des fleurs, et le voilier qui ramène la vie, une plante qui semble grimper au ciel, l'hôtel de ville abrite un chef-d'œuvre artistique associant, dans une parfaite symbiose et harmonie, plusieurs styles. Quant à l'architecture de la partie donnant accès à l'entrée gauche, elle évoque l'intérieur des maisons mauresques d'Alger.

— Skikda - Mairie - Hôtel de Ville —

Le rez-de-chaussée destiné aux services de l'état civil et de la réglementation, avec sa partie supérieure cerclant par une balustrade en bois sculpté la cour intérieure du bas, et surmontée d'une voûte à support octogonal dont la base est entourée d'une série de baies à voussures en guise d'éclairage, est un véritable « wast el dar ».
En outre, la galerie de l'hôtel de ville qui abrite une vingtaine de toiles et de nombreuses tapisseries est un magnifique trésor culturel qui mérite d'être visité.

— Skikda - Mairie - Hôtel de Ville - Etage des Services de l'Etat Civil —